Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire : la guillotine

La Guillotine. Drouin Véronique. Montréal : Québec Amérique, 2016. 253 p.

Roman pour adolescents.

Quatre jeunes universitaires veulent écrire une histoire percutante pour le journal étudiant de l’université. Ils décident donc d’aller passer une semaine dans cette maison qui a une épouvantable réputation : La Guillotine.

Durant leur séjour, la découverte d’une mystérieuse cave remplie de poupées, d’un vieux journal intime qui en dit long sur un pan de l’histoire de cette maison, en plus des étranges cauchemars les jeunes seront confrontés à plusieurs démons, à leurs démons. C’est un roman d’horreur au cœur d’une maison hantée qui porte très bien son nom.

Mon avis

Ce type de roman ne m’attire habituellement pas, mais je ne sais pas pourquoi cette fois-ci, peut-être que, comme Marilou, Wil, Jon et Lydia, La Guillotine m’a attirée. Cette maison a un petit je ne sais quoi qui nous intrigue.
Malgré ses grands airs, nous nous retrouvons vite aux prises avec les démons qui la hantent, avec nos propres démons. En fait, c’est ce que cette maison démoniaque nous amène. Elle exacerbe nos démons intérieurs, c’est ce qui se passe avec les quatre jeunes.

Au début du roman, la maison est intrigante, mais pas si épeurant. C’est au fil du temps que son emprise devient de plus en plus étouffante. Plus Wil et Marilou en apprennent sur la maison et plus longtemps ils y vivent, plus celle-ci leur provoque des rechutes. Elle les ramène dans leurs problèmes du passé, elle les confronte aux démons qu’ils croyaient avoir domptés.

Véronique Drouin à une plume magnifique. Le choix des mots, la façon dont le roman est écrit donne une allure plus adulte à ce roman jeunesse. J’ai vraiment apprécié ma lecture, j’ai découvert une écriture très intelligente et une histoire très prenante. J’avais hâte de retourner dans la Guillotine pour savoir ce qui arriverait aux personnages.
Une bonne histoire d’horreur.

 

Please follow and like us:
error

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.