Pour les membres

Prix Espiègle

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsules littéraires – Chroniques de jeunesse

Delisle, Guy. Chroniques de jeunesse. Montréal : Éditions Pow Pow, 2021. 151 pages.

L’attendiez-vous? Moi oui! Deux ans de production nous avaient séparé de ce brillant auteur. Nous ayant séduit grâce à ses BD sociopolitiques (Série les « Chroniques », S’enfuir, etc.) et humoristiques (Séries les « Guide du mauvais père », les « Louis », etc. », Delisle nous brosse un portrait social du milieu ouvrier dans les années 80.

Pendant 3 étés consécutifs, Guy D. travaillera à la Reed, usine de pâte et papier dans Limoilou, Québec. Nous pénétrons au coeur de la shop, à une époque mécanisée et peu automatisée. Les règles de sécurité sont superflues et les consignes contournées. L’important, c’est que l’usine tourne, 7/7, 24/24!

Delisle, un flo du Cégep, côtoie les gars du moulin, les permanents qui font «virer la shop». Ces hommes ont dompté la Bête : les rouleaux, les presses, les grues, etc. fonctionnent rondement grâce à leurs années d’expérience et à leur incroyable instinct. L’apprentissage (training) est transmis oralement. Mieux! pour cohabiter avec la Bête qui gronde et mugit sans cesse à produire du papier, les ouvriers ont adopté un langage codé, à défaut de pouvoir se parler ou de s’entendre.

Le microcosme de Delisle est illustré en noir, blanc et en nuances de gris (non, pas les Fifty shades!). Des touches orange illuminent cet univers de grisaille et ponctuent le récit.

Bref, recommandez ce bijou à tout bon lecteur et particulièrement aux ados qui en sont à leurs premières expériences dans le monde du travail.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.