Pour les membres

Prix Espiègle

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Réaction de l’APSDS au Rapport d’évaluation du Programme d’embauche des bibliothécaires scolaires

Lien vers le rapport:  http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/recherche_evaluation/19-00_Rapport_evaluation_PEBS.pdf

 

Lever de soleil dans la campagne

Source: pixabay

Récemment, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) a publié son Rapport d’évaluation. Programme d’embauche des bibliothécaires scolaires (PEBS), programme instauré en 2008-2009 en tant qu’amélioration du Plan d’action sur la lecture à l’école (PALE). En 2017-18, un entretien a eu lieu avec des bibliothécaires. Des questionnaires ont aussi été envoyés aux gestionnaires des commissions scolaires afin de connaître leur opinion sur l’efficacité et l’incidence de la présence de professionnels spécialisés en bibliothéconomie (PSB) dans les bibliothèques scolaires. À l’approche de l’échéance du programme d’embauche des bibliothécaires scolaires (mesure budgétaire 15101), l’inquiétude est palpable parmi les membres de l’APSDS, à savoir si le programme sera reconduit, si les emplois seront préservés, et selon quelles modalités. Les conclusions du rapport étaient donc attendues avec impatience par le conseil d’administration et les membres de l’APSDS.


Dans sa forme actuelle, le salaire du bibliothécaire scolaire est payé pour près de la moitié par le MEES, et non à même le budget des commissions scolaires. Advenant l’abandon de ce programme par le Ministère, est-ce que les commissions scolaires appliqueront avec la même rigueur cette volonté d’embauche et de maintien des postes de bibliothécaires ? Certaines données du rapport semblent indiquer que les commissions scolaires qui ne sont pas au fait du programme, ou qui ne sont pas éligibles, embauchent moins de bibliothécaires. À compétences, responsabilités et expérience égales, le salaire est aussi proportionnellement moins élevé que dans d’autres types de bibliothèques. Ces constats en découragent plus d’un d’envisager une carrière dans les commissions scolaires et les écoles du Québec et nuit à la rétention du personnel actuellement en poste.

Premier constat, on ne peut que pousser un soupir de soulagement à la lecture des efforts collectifs consentis depuis 2005 quant à l’achat de livres. Nous sommes heureux d’apprendre que le MEES a « investi l’équivalent de 146,6 millions de dollars, en dollars de 2017 » dans l’amélioration des collections de livres pour les élèves. Pour ceux qui ont connu l’état des collections avant 2005, il s’agit d’un grand pas en avant. Avec une valeur moyenne de 15 $ par livre, il y a donc eu une injection de près de 10 millions de livres dans les écoles et les classes québécoises. Les efforts d’alphabétisation et de littératie reçoivent donc un grand coup de pouce. Pour la première fois dans l’histoire du Québec, on semble se donner les moyens comme société de faire émerger une génération de lecteurs pour la vie. Les bibliothécaires possèdent des outils qui leur permettent de tracer des portraits de collections, vérifier ce qui a déjà été acheté, combler des lacunes pour certains genres ou certains sujets, suggérer des nouveautés en lien avec les apprentissages et l’actualité, ainsi que conseiller les enseignants et les enseignantes sur les livres les plus intéressants. Bref, les bibliothécaires sont au cœur de cette belle révolution.

Deuxième constat, le rapport mentionne que les professionnels spécialisés en bibliothéconomie (PSB) « sont considérés comme essentiels, non seulement pour développer des collections, mais aussi pour l’exploitation pédagogique des bibliothèques scolaires. » Le rapport reconnaît également que les PSB auront un rôle à jouer relativement au prêt de livres numériques et à la nouvelle plateforme numérique Biblius.ca et dans la mise en place des carrefours d’apprentissage.

Troisième constat réconfortant, les gestionnaires des commissions scolaires considèrent que les PSB ont un effet marqué sur la réussite et l’apprentissage des élèves. Les efforts des dix dernières années pour faire reconnaître l’apport bibliothéconomique des bibliothécaires ont donc porté fruit. Ils sont remarqués et soulignés à de nombreuses reprises dans le rapport, dans les réponses aux questions du sondage et par les autorités des commissions scolaires et des écoles.

Malgré ces premiers pas dans la bonne direction, il reste cependant encore beaucoup d’efforts à accomplir. L’une des tâches les plus urgentes est l’embauche de PSB pour soutenir l’effort d’alphabétisation et le taux de réussite des élèves dans les écoles du Québec et atteindre les objectifs initialement fixés par le Programme. L’objectif initial était fixé à 241 bibliothécaires à temps plein. Selon les données actuelles, il y aurait environ 120 bibliothécaires dans le réseau, c’est-à-dire à peu près 50 % de ce qui était prévu. De surcroît, vingt et une commissions scolaires au Québec sur soixante-douze ne comptent pas de bibliothécaires scolaires dans leurs rangs.

Maintenant que des données tangibles ont été colligées à l’interne au Gouvernement pour mieux apprécier l’apport des bibliothécaires dans le réseau scolaire; que ces données montrent un impact positif sur l’apprentissage et la réussite des élèves, il serait important de poursuivre les efforts d’embauche dans toutes les commissions scolaires vers l’atteinte des contingents fixés. En plus, le rapport qualifie de « modeste et raisonnable » les cibles fixées en 2005. En complément, il serait très important de revoir à la hausse le financement offert par le Ministère en regard du salaire des bibliothécaires. En effet, le rapport montre clairement qu’un des principaux obstacles à l’embauche de nouveaux bibliothécaires est l’insuffisance de l’investissement offert par le Ministère par poste de PSB.

Un autre dossier qui préoccupe actuellement l’APSDS est le développement d’une meilleure collaboration entre les enseignants.es et les bibliothécaires, les SMTE (spécialistes en moyens et techniques d’enseignement) et les techniciens.es en documentation quant à l’utilisation pédagogique de la bibliothèque scolaire. Le comité des compétences informationnelles de l’APSDS a récemment reçu une subvention du MEES pour combler certaines lacunes à ce sujet. La subvention servira à rédiger un continuum des apprentissages de la maternelle à la 5e secondaire. Ce sera aussi pour clarifier à l’ensemble les apprentissages à effectuer en bibliothèque, en vue de devenir plus autonome et affiner ce que l’on nomme les compétences informationnelles. Ce document, accompagné d’un guide, devrait voir le jour au printemps 2021 et aider tous les intervenants à mieux comprendre le rôle essentiel que peuvent jouer la bibliothèque scolaire et ses professionnels dans les apprentissages des élèves, mais aussi à maximiser son utilisation.

Enfin, soulignons qu’il est essentiel que les budgets consacrés aux achats de livres soient maintenus. Ils sont une part importante du soutien à l’enseignement basé sur la littérature jeunesse et permettent de renouveler les collections et de garder un intérêt soutenu de la part des élèves pour leur bibliothèque, qui est souvent l’un des premiers endroits culturels fréquentés par les jeunes.

En résumé, les bibliothécaires peuvent garder la tête haute, continuer, par leur travail, et différentes actions novatrices, leur apport important à la réussite des élèves du primaire et du secondaire. Il est primordial de continuer à faire rayonner notre apport.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.