Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Ailleurs au Canada

«Aujourd’hui, de nombreux enfants canadiens n’ont jamais vu un bibliothécaire scolaire et n’en verront jamais non plus. La Nouvelle-Écosse n’en a plus, et il ne reste plus que l’équivalent de trois postes à temps plein pour tout le Nouveau-Brunswick. Au moins une commission scolaire ontarienne n’a pas eu d’enseignant-bibliothécaire depuis 15 ans et le nombre d’enseignants-bibliothécaires en poste a aussi décliné en Alberta et en Colombie-Britannique.»

«Le professeur Klinger a été surpris par la forte corrélation entre la performance d’élèves à des tests standardisés et la présence de bibliothécaires scolaires: son étude démontre que les résultats des élèves [ayant eu accès à un bibliothécaire scolaire] étaient jusqu’à 8% supérieurs.»

Traduit de Kate Hammer, «Librarians fight for a role in a digital world» dans The Globe and Mail, 24 août 2012, http://m.theglobeandmail.com/technology/digital-culture/social-web/librarians-fight-for-a-role-in-a-digital-world/article579927/?service=mobile.

Dans l’actualité:

Les bibliothèques scolaires au Canada, portrait global:


Ailleurs au Canada, les bibliothécaires en milieu scolaire ont un titre différent: on les nomme teacher-librarians, ou enseignants-bibliothécaires. C’est un titre qui se rapproche de celui des bibliothécaires qui oeuvrent dans les écoles françaises, qu’on désigne comme enseignants-documentalistes.

Jusqu’à l’implantation du Plan d’action sur la lecture au Québec, la situation des bibliothèques et des bibliothécaires scolaires dans le reste du Canada pouvait sembler enviable, mais dans les faits, elle n’est guère plus reluisante, et ce, depuis plusieurs décennies.

Alors que dans d’autres pays, en particulier en Occident, on réinvestit massivement dans les bibliothèques scolaires, celles du Canada dépérissent. Il y a de moins en moins de personnel spécialisée en milieu scolaire, on coupe les budgets, etc.

Certaines provinces sont néanmoins plus organisées que d’autres. Par exemple, le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan a produit en 2008 des lignes directrices destinées à orienter le développement et la gestion des bibliothèques scolaires de la province. En Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba et en Ontario, les professionnels de la documentation et les personnes comme les organismes qui soutiennent les bibliothèques scolaires sont regroupés dans des associations similaires à l’APSDS. La CSLA et l’Association for Teacher-Librarianship in Canada ont aussi élaboré des normes pour les services documentaires scolaires canadiens en 2003:

Canadian School Library Association & Association for Teacher-Librarianship in Canada, Achieving Information Literacy: Standards for School Library Programs in Canada, Ottawa: Canadian Library Association, 2003.

Mais il reste que dans l’ensemble, la situation a tendance à stagner plutôt qu’à évoluer pour le mieux. Ainsi, le tableau que le Dr. Ken Haycock dressait du contexte des bibliothèques scolaires en 2003 est toujours d’actualité:

«Mais des preuves de plus en plus nombreuses indiquent que les bibliothèques scolaires canadiennes ne sont pas à leur meilleur, au contraire. À travers le pays, des enseignants-bibliothécaires perdent leur emploi ou se voient réaffectés à d’autres tâches. La qualité des collections se dégrade suite à des coupures budgétaires. Certains directeurs d’école croient qu’à l’époque d’Internet et des classes modernisées, la bibliothèque scolaire est un artefact. Dans un nombre grandissant d’écoles canadiennes, en fait, les bibliothèques sont fermées, entièrement ou en partie, alors que des parents bien intentionnés peinent à combler le vide. Ayant été négligées, trop de bibliothèques scolaires ne sont plus que des entrepôts.

Il y a une triste ironie dans cet état de fait: cette négligence des bibliothèques scolaires canadiennes coïncide avec une période où de nombreux pays autour du monde investissent ou ré-investissement de façon massive précisément dans ces structures. Le soutien offert par la Banque mondiale, la East Asia Bank, l’Agence internationale de développement et l’Union européenne aux bibliothèques scolaires ainsi qu’aux enseignants-bibliothécaires, dans le but d’encourager le développement économique, est en progrès constant, alors que des fondations philanthropiques financent les bibliothèques scolaires et les enseignants-bibliothécaires pour soutenir le développement culturel. Même le Congrès américain a investi, en 2002, 250 millions de dollars américains dans un fond dédié à la remise à niveau des bibliothèques scolaires. La raison de tout cela: les décideurs se basent sur ce que confirme de plus en plus la recherche, soit qu’il existe un lien fort et évident entre la réussite scolaire et l’accès à une bibliothèque scolaire bien garnie, suffisamment financée, gérée par des professionnels et associée à des services de qualité. Pourquoi les décideurs canadiens négligent-ils un investissement aussi rentable?»

Traduit de Dr. Ken Haycock , The Crisis in Canada’s School Libraries: The Case for Reform and Re-Investment, Toronto: Association of Canadian Publishers et Patrimoine Canada, 2003, 54 pages. Pour en télécharger une copie: http://www.bccsl.ca/download/HaycockReport.pdf.

La situation des bibliothèques scolaires dans chaque province et territoire:

Dans les Maritimes, il y a très peu de postes de bibliothécaires scolaires et il n’existe aucune association dédiée aux bibliothèques scolaires.

  • Terre-Neuve et Labrador:

On peut se référer à la Newfoundland and Labrador Library Association (NLLA), mais la documentation concernant le milieu scolaire est très mince.

  • Île-du-Prince-Édouard:

Le ministère de l’Éducation de l’Île a élaboré en 2000 une politique visant les bibliothèques scolaires. Cette politique peut être consultée ici: Prince Edward Island Department of Education and Early Childhood Development, Minister’s Directive no MD 2000-07 School Libraries, Charlottetown: Prince Edward Island Department of Education and Early Childhood Development, 2000.

Il y a aussi une association de bibliothécaires professionnels regroupant les bibliothécaires de l’Île, la PEI Professional Librarians Association (PEIPLA).

Les écoles de l’Île partagent apparemment un même catalogue de bibliothèque. Quoique le site qui l’héberge soit laconique, l’initiative peut peut-être en inspirer d’autres: PEI School Library System Catalog.

  • Nouvelle-Écosse:

La Nova Scotia Library Association (NSLA) comporte un School Library Interest Group, dont l’objectif est d’offrir un forum aux membres de l’Association que les questions touchant aux bibliothèques scolaires intéressent. La Nouvelle-Écosse ne comptait toutefois plus un bibliothécaire scolaire à l’été 2012.

  • Nouveau-Brunswick:

Il n’y a pas d’association spécialisé en services documentaires scolaires, mais il y a à tout le moins une Association of Professional Librarians of New Brunswick/Association des bibliothécaires professionnel(le)s du Nouveau-Brunswick (APLNB/ABPNB).

À l’ouest du Québec, la situation est dans l’ensemble meilleure qu’à l’est.

  • Ontario:

L’Ontario School Library Association (OSLA) est en fait une branche de l’Ontario Library Association (OLA). Cette association produit entre autres une publication paraissant trois fois par année, le Teaching Librarian.

Comme d’autres provinces, l’Ontario a sa coalition pour les bibliothécaires scolaires, l’Ontario Coalition for School Libraries (OCSL), dont la mission est d’attirer l’attention des médias et du public ontariens sur la crise que traversent les bibliothèques scolaires dans la province.

Le projet documentaire numérique Knowledge Ontario était aussi partenaire des bibliothèques scolaires ontariennes, mais le projet a été abandonné le 31 décembre 2012.

La plate-forme People for Education inclut à l’occasion des informations sur les bibliothèques scolaires de l’Ontario.

  • Manitoba:

La Manitoba School Library Association (MSLA) a pour mission de promouvoir les services documentaires scolaires et de soutenir le développement professionnel de ses membres.

  • Saskatchewan:

Cette province compte elle aussi sa Saskatchewan School Library Association (SSLA).

Le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan a de plus élaboré une politique et des lignes directrices visant à encadrer le développement et la gestion des bibliothèques scolaires de la Saskatchewan. En voici un extrait:

«Ce document, Connections: Policy and Guidelines for School Libraries in Saskatchewan, décrit comment les bibliothèques scolaires contribuent à l’apprentissage des élèves et présente une vision renouvelée des bibliothèques scolaires pour la province. Il s’appuie sur la recherche et entend soutenir les organisations et le personnel scolaires dans le développement de bibliothèques scolaires efficaces qui répondront aux besoins des élèves et des enseignants dans le futur. On encourage les organisations à élaborer leurs propres politique et normes en se basant sur ce document, ainsi qu’à développer un plan d’action visant à réaliser leurs objectifs.

Ce que nous entendons par bibliothèque scolaire efficace [certains éléments seulement inclus ici]:

  • offre des services de qualité qui facilitent l’enseignement du programme, encouragent l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, intègrent la technologie dans l’enseignement et permettent aux élèves de développer leur habileté à trouver, utiliser, créer et partager l’information et la connaissance;
  • offre les services d’un enseignant-bibliothécaire qualifié, soutenu par un personnel technique de bibliothèque qualifié de même que par du personnel clérical et des services informatiques;
  • comporte une collection incluant des ressources de grande qualité, sur divers supports et incluant du documentaire comme de la fiction, répondant aux besoins d’enseignement comme d’apprentissage du personnel et des élèves;
  • offre l’accès à des ressources en ligne via un site Internet;
  • organise et offre l’accès à sa collection via un SIGB (système intégré de gestion de bibliothèque) en ligne.»

Traduit de Saskatchewan Ministry of Education, Connections: Policy and Guidelines for School Libraries in Saskatchewan, Saskatoon: Saskatchewan Ministry of Education, 2008, 61 pages. Pour en télécharger une copie: http://www.education.gov.sk.ca/adx/aspx/adxGetMedia.aspx?DocID=1870.

  • Alberta:

L’Alberta School Library Council (ASLC) est une branche de l’Alberta Teachers’ Association dont l’objectif est d’offrir un leadership professionnel en matière d’apprentissage et d’enseignement par le biais des bibliothèques scolaires.

  • Colombie-Britannique:

La BC Coalition for School Libraries (BCCSL) cherche, à l’instar des autres coalitions pour les bibliothèques scolaires canadiennes, à aider au développement des bibliothèques scolaires pour faire avancer la littératie, la culture et la réussite scolaire en Colombie-Britannique, en attirant l’attention des médias et du grand public sur la situation actuelle.

«Les études confirment que des services de bibliothèque scolaire de qualité ont un effet positif sur la réussite scolaire – jusqu’à 20% dans certains cas. La BC Coalition for School Libraries, groupe non partisan, a ainsi été fondée pour lutter contre l’érosion persistante des services de bibliothèque scolaire de la Colombie-Britannique. Pour répondre aux dommages qui ont été causés à notre système d’éducation, nous sommes décidé à obtenir que les ratios d’enseignants-bibliothécaires reviennent à au moins un pour 700 élèves en trois ans. Si la littératie est vraiment la priorité en Colombie-Britannique, les bibliothèques scolaires doivent être ouverte et être maintenues par un personnel suffisant et qualifié incluant des enseignants-bibliothécaires.»

Traduit de BC Coalition for School Libraries, Who Turned Out the Lights in the School Library?, 2005. Pour en télécharger une copie: http://www.bccsl.ca/download/Who_turned_out_the_lights.pdf.

Pour consulter des statistiques datant de la même époque sur le ratio enseignants-bibliothécaires par nombre d’élèves, dans les écoles primaires de Vancouver (données diffusées dans le Vancouver Courier du 6 mars 2005): http://www.bccsl.ca/download/tlad.pdf.

Les territoires, peu peuplés, ont quand même certaines ressources en matière de bibliothèques scolaires.

  • Nunavut:

Il existe à tout le moins une Nunavut Library Association (NLA).

  • Territoires du Nord-Ouest:

À défaut d’informations accessibles sur les bibliothèques scolaires, les Territoires du Nord-Ouest comptent quand même une association professionnelle dédiée aux bibliothèques, la Northwest Territories Library Association (NWTLA).

  • Yukon:

Les Yukon Education Resource Services comptent quand même une page consacrée aux bibliothèques scolaires du Yukon, qui énumère les différentes bibliothèques du territoire et donne accès à leur site.

Leading Learning: Standards of Practice for School Library Learning Commons in Canada

Article publié le 23 juin 2014

L’APSDS a été interpellée par la Canadian Library Association pour travailler sur des normes canadiennes en matière de bibliothèques scolaires. Raphaella Dixon, bibliothécaire à la Commission scolaire Lester B. Pearson, avait accepté de représenter l’APSDS sur cette table nationale. Le document suivant est donc le résultat de leurs réflexions.

Les membres […]