Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Stéphanie Simard (romans pour le primaire)

 Amélie Maléfice : Le Livre des Formules magiques

Amélie Maléfice : La Cabane ensorcelée

 

Alméras, Arnaud et Gaëlle Duhazé (ill). Amélie Maléfice : Le Livre des Formules magiques. Paris : Éditions Nathan (Premières lectures), 2018, 32 p.

Clientèle cible : Pour les jeunes de 6 ans et plus.

 

Alméras, Arnaud et Gaëlle Duhazé (ill). Amélie Maléfice : La Cabane ensorcelée. Paris : Éditions Nathan (Premières lectures), 2018, 32 p.

Clientèle cible : Pour les jeunes de 6 ans et plus.

 

Avec l’Halloween qui approche, je vous suggère deux mini-romans de la série Amélie Maléfice, nouvelle série de la collection Premières lectures aux Éditions Nathan.

Ils mettent en scène Amélie Maléfice et son ami Siméon Michaudron, tous deux élèves de l’école de Sorcellerie.

Dans le premier roman, Le livre des formules magiques, Amélie se rend chez Siméon pour jouer avec lui. Constatant que le chat du petit sorcier, Sésame, se sent seul et s’ennuie, les deux apprentis sorciers s’empressent de lui venir en aide! Pour eux, il n’y a qu’une solution possible, lui offrir un compagnon félin en le faisant apparaître par magie! Pour se faire, ils dérobent subtilement le grand livre des formules magiques, qui leur est formellement interdit de toucher. Malgré leurs bonnes intentions, les petits sorciers ne sont pas encore assez expérimentés et c’est la grande sœur de Siméon qui est accidentellement transformée en chat. Siméon tente alors de remédier rapidement au problème en récitant une autre formule magique, mais se rend compte que ce n’est pas toujours évident de déchiffrer et de lire à voix haute des mots, lui qui commence sans doute à apprendre à lire. Heureusement, en s’entraidant, les deux apprentis sorciers réussissent à tout ramener à la normale.

Dans le deuxième roman, La cabane ensorcelée, Amélie et Siméon veulent profiter de leur cabane sans être dérangés par le petit frère d’Amélie, qui veut à tout prix jouer avec eux. N’arrivant pas à l’éloigner, les petits sorciers pensent à un nouveau sort qu’ils sont en train d’apprendre à l’école, bien que leur professeur leur ait dit de ne pas l’essayer sans la supervision d’un adulte. Cette fois-ci, le sort réussit bien et peut-être même un peu trop… Plus personne ne peut approcher la cabane! Encore une fois, leur bêtise entraîne une réaction en chaîne de conséquences loufoques. Cette fois-ci, c’est l’un des parents qui parvient heureusement à rétablir l’erreur des petits.

On s’attache rapidement à ces apprentis sorciers qui font des bêtises, mais qui ne sont après tout… que des enfants! Les jeunes lecteurs pourront sans doute s’identifier à eux. Malgré le contexte fantastique, les petits sorciers se retrouvent dans des situations de tous les jours. À plusieurs n’est-il pas déjà arrivé de vouloir venir en aide à un animal ou bien de ne pas vouloir être dérangés par son petit frère ou sa petite sœur?

Les livres de cette série sont conçus pour être lus à deux voix avec un adulte. Le parent peut lire le texte à l’enfant, qui peut quant à lui lire les bulles. Lorsque l’enfant grandit, il peut enfin s’exercer à lire le livre sans aide. Les phrases sont courtes et le vocabulaire est bien adapté au lectorat cible. Les illustrations, dans des tons de pastel, sont douces et attrayantes. Les personnages sont très expressifs, rappelant le style manga et ajoutant au caractère humoristique des histoires.

 

Stéphanie Simard

Bachelière en Études littéraires

Étudiante à la maîtrise en Sciences de l’information

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>