Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Rachel DeRoy-Ringuette (album)

Civard-Racinais, Alexandrine, et Aline Bureau (ill.). Les Robinsons de l’île Tromelin. L’histoire vraie de Tsimiavo. Paris : Bélin jeunesse, 2016, 68 p.

En 1761, lorsque le bateau dans lequel elle prend place fait naufrage, Tsimiavo est une enfant. Une enfant condamnée à l’esclavage qui est maintenant condamnée à la survivance sur une île minuscule et hostile, perdue dans l’océan Indien. Avec quelques compagnons d’infortune, elle y demeure pendant une quinzaine d’années. Assez pour espérer, subsister, aimer…

Cet album, un récit de vie, raconte l’histoire des rescapés du naufrage de l’Utile survenu au 18e siècle. L’auteure, Alexandrine Civard-Racinais, à partir d’informations véridiques, raconte la tragédie au « je », selon le point de vue du personnage de Tsimiavo. Ainsi, la narratrice raconte des épisodes datés de sa vie sur le minuscule récif appelé à l’époque « Île de Sable » et maintenant nommée Île Tromelin. Bien que majoritairement linéaire, le récit débute et se termine par des confidences relatées après le sauvetage. Chacun des passages datés porte un intitulé qui résume l’épisode à venir, par exemple : « Île de Sable, 1er août 1761. Vivante ! »; « Île de Sable, 11 août 1761. Il n’y a rien pour nous ici… »; « Île de Sable, avril 1763. Partir ou rester ? »; « Île de Sable, août 1775. Une bouche de plus à nourrir » ; etc. L’album se termine avec des pages informatives et des photos de l’île dans son état actuel, dont certaines qui présentent les vestiges laissés par les naufragés de l’Utile. La lecture de cet album avec des élèves du premier cycle du secondaire est fort à propos et, dans le cadre de cette capsule, trois idées sont explorées.

Première idée d’activité

Cette activité combine une recherche d’informations et une situation d’écriture sur différents naufrages survenus au Québec. De cette manière, les élèves développent leurs compétences informationnelles en plus de se faire proposer une activité d’écriture alliant information et fiction.

Pour mettre en œuvre cette activité, l’enseignant informe d’abord les élèves qu’ils devront écrire un récit de vie à la manière d’Alexandrine Civard-Racinais, c’est-à-dire 1) narré à la première personne; 2) divisé par date avec des intitulés descriptifs; 3) tiré de faits véridiques; 4) illustré pour la partie récit; 5) accompagné de photos pour la partie informative. Ces éléments sont ressortis par les élèves, guidés par l’enseignant, lors de la lecture de l’album. Ensuite, accompagnés par les enseignants et les bibliothécaires ou techniciens en documentation, les élèves trouvent des informations quant à différents naufrages ayant eu lieu sur des îles québécoises, comme l’Île-d’Anticosti, les Îles-de-la-Madeleine, l’Île-aux-Grues, etc. Plusieurs témoignages et informations au sujet des naufragés, ayant survécu de quelques jours à quelques mois, sont disponibles dans différentes sources, qu’elles soient numériques, papier ou audiovisuelles.

Lors de la réalisation de cette activité, il serait intéressant de jumeler les élèves deux par deux. De cette manière, ils recueilleraient des informations dans des sources différentes et variées et confronteraient leurs points de vue en fonction des diverses sources consultées. Prévoir un guide avec des points importants à conserver ainsi que les références des sources où les informations ont été trouvées pour raconter le récit à la manière de l’album Les Robinsons de l’Île Tromelin s’avèrerait certainement très utile puisque les informations recueillies serviront à la production écrite finale. Des espaces pour conserver des images libres de droits afin de documenter la partie informative serait également à prévoir.

Tout comme la recherche d’informations, la situation d’écriture pourrait très bien se faire à deux, tant pour la planification, la mise en texte que pour la révision puisque : « L’écriture à deux, encore appelée écriture en tandem ou écriture en duo, est un dispositif à privilégier en classe tout au long du primaire et au-delà » (Montesinos-Gelet, 2017, p.184). Dans la production écrite demandée, la part fictionnelle du récit provient de certains personnages qui pourraient être ajoutés, des conversations qui seraient entretenues ou encore de certaines actions et émotions qui seraient vécues. En effet, même si les élèves font une recherche rigoureuse, ces éléments seront certainement de pures inventions de leur part puisqu’elles sont probablement non documentées.

Deuxième idée d’activité

La deuxième activité est d’initier les élèves aux robinsonnades. Par définition, les robinsonnades sont des récits, majoritairement de fiction, mettant en scène des personnages confinés sur une île déserte, ou par extension un espace clôt retiré du monde, et tentant de survivre par tous les moyens. Ainsi, avec son titre évocateur, l’album Les Robinsons de l’Île de Tromelin peut servir d’amorce à la découverte de ce sous-genre de l’« aventure ». De fait, puisque l’aventure est l’un des genres narratifs sélectionnés dans la progression des apprentissages, tant en lecture qu’en écriture pour les élèves de la première année du secondaire, se servir d’un album pour en débuter la découverte est certainement une idée à considérer. Par ailleurs, Livres ouverts propose un mot-clé « intertextes (Robinsonnades) » pour faciliter la recherche de ces œuvres précises, comme les romans Le Royaume de Kensuké, de Michael Morpurgo ou encore Vendredi ou la vie sauvage, de Michel Tournier, tous les deux édités chez Gallimard.

Troisième idée d’activité

Finalement, pour les élèves de la deuxième année du secondaire, Les Robinsons de l’île Tromelin permet de travailler certains concepts liés à l’histoire et l’éducation à la citoyenneté. En effet, puisque l’histoire se déroule au 18e siècle et qu’il est question des colonies, il est pertinent de l’utiliser en univers social pour mettre les élèves en contexte quant au commerce colonial, notamment au sujet de la traite des esclaves.

Référence : Montesinos-Gelet, I. (2017). Regard sur l’enseignement: L’écriture à deux, Le Pollen 24, p.184-193

Rachel DeRoy-Ringuette

Collaboratrice au site Livres ouverts, MEES

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.