Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Rachel DeRoy-Ringuette (album)

journal-de-guerre-demilio

Jacob, André et Christine Delezenne (ill.). Le journal de guerre d’Emilio. Montréal : éditions de l’Isatis, 2013, 66 p.

Sous la forme d’un journal personnel, Emilio raconte les nombreux mois passés contre son gré au sein de l’Armada revolucionaria de Columbia. Il y décrit ses conditions de vie ainsi que celles des autres enfants-soldats qui, comme lui, ont été enlevés à leurs familles. Le quotidien des jeunes et leur entraînement intensif sont présentés de façon crédible. Avec lucidité, Emilio partage sa lassitude, son désespoir, son chagrin et ses craintes, exprimant également quelques pointes de fierté illusoire, résultats des techniques employées par les guérilleros pour développer le sentiment d’appartenance. À la fin de son journal, l’adolescent couche sur papier ses inquiétudes quant à son retour à la vie normale. Ce récit, d’André Jacob et illustré par Christine Delezenne, inspire plusieurs pistes d’exploration, tant pour la discipline « français, langue d’enseignement » que pour « éthique et culture religieuse » (ÉCR).

Français, langue d’enseignement

Il est d’abord intéressant de s’attarder à la forme du récit : le journal personnel. Souvent le théâtre de préoccupations quotidiennes proches du vécu des lecteurs, le journal est une forme littéraire parfois utilisée dans le roman psychologique. Puisque le roman psychologique est à l’étude pour les élèves de secondaire 1, Le journal de guerre d’Emilio peut avantageusement servir d’amorce pour faire ressortir certaines caractéristiques de ce genre de texte qui met en scène des « évènements ou de[s] situations que vivent les adolescents » (MELS, 2009, p.33). En effet, quelles sont les caractéristiques des récits psychologiques? Par exemple, le narrateur qui emploie le « je » et qui décrit des sentiments et des actions se situant au présent ou dans un passé relativement récent ; ou encore le narrateur qui, fréquemment, donne accès à ses pensées intimes et se livre ouvertement. En cela, Le journal de guerre d’Emilio, constitue un modèle approprié pour initier les élèves au journal personnel et plus largement au roman psychologique. De plus, dans ce journal illustré, la mise en pages rappelant le carnet de notes, la typographie manuscrite et les collages réalisés à la manière d’un album de découpures viennent ajouter un effet de véracité au récit.

Bien que ce récit soit fictif, il est impossible de ne pas le relier aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) qui ont eu recours à l’enrôlement d’enfants-soldats et qui ont fait l’actualité dernièrement. En mai 2016, l’UNESCO félicite le gouvernement colombien et les FARC qui ont conclu un accord prévoyant la libération de tous les enfants de moins de 15 ans combattant pour les FARC. Par la suite, les deux parties ont signé, le 26 septembre 2016, un accord de paix historique visant à mettre fin à la guerre civile qui perdure depuis une cinquantaine d’années. Le président colombien Juan Manuel Santos a déclaré à cette occasion : « L’horrible nuit de violence qui nous a recouverts de son ombre pendant plus d’un demi-siècle est terminée » (Radio-Canada, 26 septembre 2016). Toutefois, lors d’un référendum tenu le 2 octobre 2016, les Colombiens ont voté contre cet accord. Selon un article du journal Le Monde, 49,76% de la population a voté pour cet accord et 50,23% s’y sont opposés. Le 4 novembre 2016, le journal suisse Le matin indiquait que de nouvelles propositions étaient toujours négociées… Par ces nombreux rebondissements dans la signature du traité de paix, il est possible de faire une activité avec les élèves de secondaire 1 portant sur des articles tirés du web, puisque ce genre de texte est également à exploiter. Comme plusieurs journaux, tant nationaux qu’internationaux, ont traité de la nouvelle, les élèves peuvent débattre de cet accord de paix, refaire le fil des actualités ou même adopter une perspective plus historique pour aborder la situation, étant donné que ce conflit dure depuis plusieurs décennies. Des outils comme Google actualités et la base de données Eureka.cc peuvent alors s’avérer fort utiles.

Pour conclure, l’organisation AIPE (Association Internationale pour l’enfance) et Amnistie internationale Canada francophone signent chacune une préface de l’album. Découvrir les actions et les ressources de ces organismes est également une piste à explorer, et ce, tant de manière spécifique aux enfants-soldats, que de façon plus générale afin de sensibiliser les élèves aux dures réalités vécues par plusieurs jeunes à travers le monde.

Éthique et culture religieuse

Le journal de guerre d’Emilio permet de traiter du thème de la liberté au programme d’ÉCR au premier cycle, ainsi que de travailler la compétence « Pratiquer le dialogue » puisqu’il oppose la liberté individuelle à la liberté collective. En effet, Emilio vit captif sous le joug des guérilleros depuis le 20 avril 2008 où il écrit : « Aujourd’hui, ma vie a changé brutalement […] Encadrés par les militaires, mes quinze camarades et moi, nous avons marché vers la sortie. Je n’ai pas pu emporter grand-chose, à part ce cahier qui me suit partout ». Le 11 décembre 2008, il indique dans son journal : « Chaque matin, au rassemblement, nous chantons l’hymne national. Nous ne devons pas oublier que nous combattons pour la liberté ». À ce sujet, Livres ouverts propose la piste suivante : « Échanger à propos de la contradiction qui se dégage du livre, à savoir que les révolutionnaires qui prétendent lutter pour la liberté de leur peuple bafouent celle des enfants-soldats ».

Finalement, les ressources disponibles sur www.amnistie.ca peuvent également être d’une grande aide, car plusieurs traitent de la liberté sous divers angles.

Références

Rachel DeRoy-Ringuette
Collaboratrice au site Livres ouverts, MEES

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.