Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Stéphanie Simard (roman)

Des étoiles dans le coeur

De Lestrade, Agnès et Laurent Richard (ill.). Des étoiles dans le cœur. Toulouse : Éditions Milan, 2010, 80 p.

Pour les jeunes de 6e année du primaire.

Nous sommes en 1942. Les enfants juifs ne peuvent plus aller à l’école et sont confinés à la maison. Un jour, Gabriel rencontre Salomé, une petite fille qui porte l’étoile juive, tout comme lui, et qui vit dans le même immeuble que lui, avec sa famille et son chien, Rouxy. Après avoir discuté un peu avec elle, Gabriel est sous le charme. Il ne pense plus qu’à elle et aimerait beaucoup la revoir. Le temps passe, puis la situation empire. Les parents de Salomé et de Gabriel ont perdu leur emploi et les juifs ne peuvent plus sortir de chez eux. Lorsque les soldats allemands commencent à arrêter les juifs pour les mettre dans des trains, la concierge de l’immeuble, Mme Ivia, vient en aide aux deux familles en les cachant dans le grenier de l’immeuble. Bien qu’il s’agisse d’un choc pour tout le monde, Gabriel est tout de même heureux de retrouver Salomé et de vivre avec elle. Cette histoire présente certaines similarités avec celle d’Anne Frank, comme vous l’avez peut-être remarqué, mais prend une tournure totalement différente et se termine par un dénouement plus heureux. Un autre jeune, Sacha, les rejoint dans leur cachette au moment où nous croyons qu’ils vont se faire prendre par les Allemands, puis il y a un peu d’aventure lorsque les deux enfants s’évadent de leur cachette pour aller à l’extérieur.

Cette histoire décrit bien, en toute simplicité et en toute authenticité, ce qu’ont vécu les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le jeune narrateur, Gabriel, nous explique, avec ses mots d’enfant, des moments charnières de l’histoire. Il nous partage ses souvenirs, ses émotions, ses pensées, ses craintes et ses moments de joie. Les illustrations sont très colorées, accrocheuses et appuient bien le récit. La thématique de la guerre englobe bien entendu le récit, mais de beaux thèmes y sont aussi abordés, tels que l’espoir, l’amour, et la générosité. Pour survivre, Gabriel, Salomé, leurs familles et Sacha ont dû changer de cachette régulièrement et ont été aidés par plusieurs personnes. Dans cette histoire, tout n’est pas noir ou blanc. Bien que Gabriel surnomme les soldats allemands « les monstres », on nous montre un peu, comme ce fût en réalité, que tous les Allemands n’étaient pas des brutes et n’adhéraient pas nécessairement complètement au mouvement d’Hitler. En effet, lorsque Gabriel court pour rattraper le chien de Salomé, qui s’est enfui et qu’il se retrouve nez à nez avec un soldat allemand, nous ressentons, tout comme le petit garçon, de l’inquiétude. Le soldat a un air sévère et nous nous demandons ce qu’il va faire, puis nous sommes agréablement surpris lorsque ce dernier lui parle tout simplement de son propre chien avant de lui dire de partir. Selon moi, ce livre peut très bien être utilisé comme objet de médiation pour aborder un sujet délicat comme la Seconde Guerre mondiale avec les jeunes.

Stéphanie Simard
Bachelière en Études littéraires
Étudiante à la maîtrise en Sciences de l’information

1 comment to Capsule littéraire de Stéphanie Simard (roman)