Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Jérémie Gagnon (manga)

Ajin

Miura, Tsunina et Gamon Sakurai. Ajin: semi-humain. Grenoble : Glénat, 2015. 228 p.

Kei Nagai est un étudiant studieux d’environ 17 ans qui se prépare afin de passer l’examen d’entrée à l’université. Ce jour-là, en classe, on parle des Ajins, des êtres immortels, des monstres sans cœur. En rentrant chez lui, Kei, trop concentré, traverse la rue alors que le feu est vert. Il se fait renverser par un camion et il meurt de ses blessures. Quelques secondes plus tard, étonnamment, il se relève comme s’il ne lui était rien arrivé. Étant immortel, Kei est recherché par la police et les agences gouvernementales puisque les personnes comme lui sont des spécimens précieux qui sont utilisés pour faire évoluer l’humanité.

J’ai découvert Ajin au début janvier quand la série animée a commencé à être diffusée. Dès le premier épisode, j’ai été accroché par l’intrigue. Le suspense de la série télé m’a tellement captivé que, n’en pouvant plus attendre la suite de la série, j’ai acheté le manga. Celui-ci me garde en haleine également.

Ce manga est classé dans la catégorie des seinen, soit des mangas pour les jeunes hommes. Le thème de l’immortalité est présent tout au long du premier tome puisque Kei mourra plusieurs fois afin de se sortir de différentes situations. Puisque c’est un manga pour un public plus adulte, l’auteur ne cache pas la gravité des scènes où il y a du sang, des blessures, des morts et de la violence. Les dessins sont ceux d’une nouvelle génération de mangaka, tête plus ronde, yeux plus grands et globuleux, monde plus réaliste…

D’après ce que j’en décris, on pourrait être tenté de mettre ce manga à l’index, mais si vous avez dans votre bibliothèque les Walking Dead, L’attaque des Titans et j’en passe, vous n’avez rien à craindre pour vos lecteurs puisque, malgré la violence passagère, la majorité du manga reflète la psychologie du personnage qui souhaite continuer sa petite vie tranquille et rester loin des problèmes. Je crois que ce manga peut faire réfléchir les jeunes sur l’immortalité et les conséquences qu’elle pourrait entraîner.

À découvrir. Serez-vous du côté de Saitou ou celui de Kei?

-Jérémie Gagnon
Technicien en documentation

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.