Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Jérémie Gagnon (bande dessinée)

cherub

Edginton, Ian, Aggs, John et Robert Muchamore. CHERUB Mission 1: 100 jours en enfer. Paris: Casterman, 2012. 176 p.

Dans un univers réaliste, on retrouve le personnage principal, James Adams, dans son quotidien, plus précisément à son école secondaire. C’est un garçon de 12 ans qui subit les railleries de ses camarades de classe en raison de sa mère alcoolique. Une bagarre éclate et une fille est blessée par sa faute. À la fin des cours, des garçons de sa classe l’attendent au détour d’une ruelle pour lui refaire le portrait. Un malheur n’arrivant jamais seul, James retrouve sa mère morte, le même jour. Sa sœur et lui sont désormais orphelins. James se met à faire des choix stupides, qui le feront remarquer par l’organisme CHERUB. Commence alors pour lui un entraînement de 100 jours, 100 jours en enfer…

La corrélation entre le scénario et sa représentation visuelle nous transporte dans une réalité possible. Les images sont dignes d’une photo! Je vous ai déjà parlé de dessins réalistes dans ma dernière capsule. Voici une autre bande dessinée qui a capté mon attention grâce à son univers réaliste. Bien sûr, ce n’est pas tout! Autour du dessin se construit le parcours semé d’embûches de James Adams qui devra apprendre le métier d’espion. Après ses 100 jours en enfer, commence sa première mission. Une mission parsemée d’intrigues, d’aventures et de dangers…

Je trouve cette bande dessinée intéressante pour un public adolescent. Certains jeunes semblent avoir peur des livres. Le fait d’avoir adapté un roman de plus de 300 pages en bande dessinée fait en sorte que ceux qui sont effrayés par la longueur du texte pourront se laisser tenter par les images. Et, qui sait où cette B.D. les conduira?

J’ai apprécié la lecture de cette histoire. Le seul petit problème, pour l’instant, c’est que la série ne compte qu’un seul tome. En attendant la suite, je me concentrerai sur la série de romans!

-Jérémie Gagnon

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.