Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Rachel DeRoy-Ringuette (album)

IndiendelaTourEiffelL

Bernard, Fred. L’Indien de la tour Eiffel. Paris : Seuil, 2004. 31 p.

Public cible : élèves du secondaire

Cette première capsule, qui appelle un léger retour dans le temps, porte sur L’indien de la tour Eiffel de Fred Bernard et François Roca, duo incontournable de créateurs pour qui s’intéresse aux albums pour le secondaire.

Depuis sa parution au milieu des années 2000, cet album grand format n’a jamais cessé de croître en notoriété. Parce qu’il s’adresse à un lectorat adolescent. Parce qu’il raconte une histoire de meurtre entremêlée d’une tragique histoire d’amour. Parce qu’il adopte une narration dévoilant plusieurs points de vue, se partageant entre un article de journal, un rapport de police et un narrateur s’adressant au « tu ». Parce qu’il présente des illustrations saisissantes qui font vivre la fin du 19e siècle à Paris, comme si vous y étiez.

Par les illustrations de François Roca, le lecteur est transporté dans ce Paris en pleine mutation que les grands peintres issus du courant impressionniste ont immortalisé. Comparer la représentation à la fois sombre, dramatique et réaliste du Montmartre de Roca à celle des chefs de file impressionnistes que sont Renoir, Manet, Caillebotte, Seurat ou Toulouse-Lautrec serait intéressant, tant du point de vue des couleurs, de la lumière, des sujets, que des lieux représentés.

Bien ancré dans l’époque qu’il relate, Fred Bernard reprend le style et les thèmes des romans-feuilletons* populaires au 19e siècle, en s’inspirant pour son intrigue des faits divers, dont les chroniques judiciaires et les affaires criminelles . Explorer la forme littéraire du feuilleton par la consultation d’œuvres complémentaires, comme celles de Doyle ou Gaboriau, pourrait enrichir l’expérience de lecture de l’album.

Du côté des faits décrits, il serait intéressant d’accompagner les élèves dans une recherche portant sur la croyance persistante qui allègue que les Amérindiens n’ont pas le vertige et ainsi retracer leur implication dans la construction des gratte-ciels de New York, comme l’Empire State Building ou encore le Rockefeller Center. De cette recherche, il est possible de débattre de la plausibilité des faits relatés dans L’indien de la tour Eiffel, alors que Billy Powona est embauché afin de participer à l’édification de la tour Eiffel. Selon différentes sources, les élèves constateront que plusieurs éléments de réponses divergent et peuvent être discutés de manière critique.

Finalement, en plus de ce titre qui est certainement en voie de devenir un classique du genre, il ne faut pas négliger les autres albums du duo Bernard et Roca** (par exemple, La fille du samouraï, L’homme-bonsaï ou encore Jeanne et le Mokélé) afin de découvrir l’univers unique de ces créateurs.

*Pour plus d’informations sur les romans-feuilletons, voir Le roman feuilleton français au XIXe siècle, Lise Quéffélec, Paris : Presses universitaires de France, coll. « Que suis-je? »

**Actuellement, 9 titres de Fred Bernard et François Roca sont disponibles sur le site de Livres ouverts, dont 7 s’adressant particulièrement aux élèves du secondaire.

– Rachel DeRoy-Ringuette
Collaboratrice au site Livres ouverts, www.livresouverts.qc.ca

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.