Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Des équipes multidisciplinaires inspirantes: Une bibliothécaire «en mission» à l’éducation préscolaire!

Article écrit par Marie-Pascale Morin, bibliothécaire, Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

À l’automne 2013, je me suis jointe à un projet développé par ma collègue conseillère pédagogique à l’éducation préscolaire en collaboration avec une spécialiste en éducation du MELS.

Ce projet intitulé «Installer une culture littéraire à l’éducation préscolaire» permet à quinze enseignantes de l’éducation préscolaire de bénéficier de rencontres dont l’objectif principal est de favoriser l’appropriation de pratiques pédagogiques où la littérature est au centre de l’enseignement. Elles sont libérées par le MELS de trois à six jours par année.

Ces enseignantes, en retour, s’engagent à expérimenter ces pratiques en classe et à partager avec leurs collègues le fruit de leurs essais au cours des rencontres subséquentes. Les discussions et les échanges sont nombreux, favorisant le réseautage et le travail d’équipe «multi».

Voici un aperçu des pratiques modélisées en rencontres:

  • Bâtir et animer un réseau littéraire avec des enfants
  • Réaliser des entrevues de lecture dialoguées
  • S’assurer de la présence de livres de qualité dans tous les espaces d’ateliers (exemple: coin maison, coin blocs, etc.)
  • Installer des activités littéraires comme le scrabble, la randonnée ou la courtepointe littéraire
  • Analyser en profondeur un album porteur afin de mieux l’exploiter avec les enfants
  • Exploiter le livre documentaire en parallèle avec un album sur un thème précis (par exemple, à partir de l’album Le grand livre de P’tite Nelly (1), valider des hypothèses de lecture à l’aide de documentaires sur les éléphants et les souris, personnages principaux du livre de fiction).

Mon rôle au sein de ce groupe de travail est très varié. Au départ, j’ai pu planifier les rencontres avec la conseillère pédagogique en lui recommandant des livres pouvant être utilisés lors des activités. Une bibliographie des livres exploités est toujours remise aux enseignantes. J’ai ainsi développé un solide rôle-conseil en recherche d’information auprès des enseignantes et de la conseillère pédagogique. Bien entendu, je présente différentes ressources électroniques mises à leur disposition, trop souvent méconnues (combien de fois faut-il parler de la simple utilisation de Regard pour dénicher des ressources pertinentes dans les bibliothèques, présenter à nouveau Livres ouverts ou l’Espace Jeunes de la BAnQ, etc.). J’ai aussi fait de multiples présentations de livres autres que l’album, un type de document avec lequel les enseignants sont plus familiers à l’éducation préscolaire.

Ayant constaté que la majorité des classes du préscolaire ne fréquentent pas la bibliothèque de leur école, j’ai pu questionner les enseignantes sur les difficultés qu’elles rencontrent et ainsi leur proposer différentes stratégies pour que la visite de la bibliothèque s’installe rapidement pendant la première année de vie de l’enfant à l’école.

Au-delà de cette participation active, cette collaboration m’a ouvert des portes dans les classes du préscolaire. En effet, les enseignantes à l’éducation préscolaire sont souvent «autosuffisantes» en matière de livres et manquent d’information sur la pertinence de l’apport de la bibliothécaire scolaire. La possibilité de les côtoyer fréquemment a démystifié mon rôle. Non seulement ces enseignantes font davantage appel à moi, mais elles propagent «la bonne nouvelle» dans leur école.

Ce projet m’a aussi amenée à vivre des rencontres formidables avec les enfants des classes ciblées. En effet, je vais les rencontrer avec des livres variés prêtés pour un mois, j’explique aux élèves le VRAI rôle des bibliothécaires scolaires, je fais des entrevues de lecture avec eux, etc. Auparavant, les enseignantes et moi avons pris soin d’aménager un «coin-bibliothèque» parmi les autres ateliers de leur classe.

De plus, lors du prochain congrès de l’AEPQ (Association d’éducation préscolaire du Québec), ma collègue et moi donnerons un atelier portant sur ce projet et sur les multiples partenariats possibles entre bibliothécaires scolaires et enseignants.

Voilà quelques petits pas de plus, en «mission collaborative»…

(1) Goodhart, Pippa, Le grand livre de P’tite Nelly, Paris: Grund, 2013, [30] p.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.