Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Vouloir et pouvoir lire: l’engagement dans la réussite scolaire!

Monsieur Couillard,

Depuis quelques jours déjà, le Québec s’insurge des propos tenus dans les médias par votre ministre de l’Éducation concernant l’achat de livres dans les bibliothèques scolaires. Et nous ne faisons pas exception.

L’Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS) regroupe près de 160 membres, tous bibliothécaires et techniciens en documentation dans le monde de l’éducation. Pour faire suite aux déclarations de M. Bolduc démontrant clairement son manque de connaissance des bibliothèques scolaires, nous tenons à vous partager certains renseignements sur ce milieu de vie unique.

Les livres sont d’une importance capitale au sein d’une école. Ce sont de puissants déclencheurs: de nombreuses études démontrent l’importance de la lecture dans la persévérance et la réussite scolaire. Pour apprendre à lire et, par la suite, lire pour apprendre et lire pour le plaisir, l’élève a besoin d’avoir accès à un lieu dynamique, à une collection variée et diversifiée, et à des ressources – qu’elles soient numériques ou papier – de qualité́, en cohérence avec le Programme de formation de l’école québécoise. La bibliothèque scolaire est donc un milieu documentaire spécialisé parce qu’elle est développée selon les besoins de sa clientèle.

Pour ce faire, il est indispensable de porter une attention consciencieuse à son développement pour que son contenu réponde adéquatement à sa mission éducative. Nous avons le devoir de mettre l’élève dans un contexte d’apprentissage significatif. Significatif, ce n’est pas apprendre sur le monde qui l’entoure avec des livres sur l’U.R.S.S, sur Windows 95 ou sur la bienséance de la parfaite jeune fille. La bibliothèque scolaire n’est pas un centre d’archives. À l’heure où Internet fait office d’encyclopédie – dont le contenu et les sources ne sont pas nécessairement fiables – la bibliothèque se doit d’être maintenue à jour, et ce, en investissant annuellement.

Un livre prend vie en traversant le coeur et la tête de plusieurs personnes: auteur, éditeur, libraires, bibliothécaires, techniciens en documentation, enseignants, parents, enfants, animateurs, conseillers pédagogiques… Sa vie sert à développer l’imaginaire, à diffuser des connaissances et à stimuler le désir et la curiosité. Évidemment, celui-ci meurt un jour, éliminé selon certains critères, comme la perte de son pouvoir d’attraction, un état matériel lamentable ou la désuétude de son information. Ainsi, il laisse sa place à un nouveau livre, plus actuel dans sa forme et son contenu, et plus attrayant pour stimuler le goût de lire chez l’élève d’aujourd’hui. C’est le cycle de la vie.

C’est dans ce milieu que les bibliothécaires et les techniciens en documentation du monde scolaire évoluent pour offrir des bibliothèques attrayantes, stimulantes et dynamiques. Votre parti a adopté en 2004 le Plan d’action pour la lecture à l’école qui a servi de tremplin, et la tâche est loin d’être terminée pour remettre sur pied ces bibliothèques. Des graines ont été semées en injectant de l’argent pour l’achat de livres et par l’embauche de bibliothécaires. Au moment où ces actions commencent à peine à porter ses fruits, voilà qu’on nous dit: «On arrête tout!» Après avoir rattrapé le retard, il nous faudra investir dans le futur et poursuivre le développement. Pour les membres de l’APSDS, ce frein est une insulte, une profonde erreur qui nous permet d’affirmer que vous avez clairement besoin d’expliquer à votre ministre les fondements, la mission et les rôles de la bibliothèque scolaire.

Pour toutes ces raisons, vous comprendrez, Monsieur Couillard, qu’il faut à tout prix retrouver des enveloppes exclusivement dédiées aux achats de livres pour les bibliothèques. C’est seulement ainsi que nous pourrons respecter la déclaration faite par l’UNESCO sur le rôle de la bibliothèque scolaire, soit de «fournir l’information et les idées indispensables à quiconque veut réussir sa vie dans la société d’aujourd’hui qui repose sur l’information et le savoir. La bibliothèque scolaire, en permettant aux élèves d’acquérir les outils qui leur permettront d’apprendre tout au long de leur vie et en développant leur imagination, leur donne les moyens de devenir des citoyens responsables.» (Manifeste de l’UNESCO pour la bibliothèque scolaire).

Nous, bibliothécaires et techniciens en documentation, sommes privilégiés d’exercer nos professions au sein du milieu de l’éducation. En tant qu’experts, nous souhaitons poursuivre notre rôle pédagogique et transmettre notre vision à long terme du développement optimal de la bibliothèque scolaire. Nous avons besoin de livres neufs comme un mécanicien a besoin d’outils de qualité, comme un médecin a besoin de nouveaux médicaments.

Nous y croyons profondément.

Le conseil d’administration
APSDS


Pour consulter la réponse reçue par l’APSDS, cliquez ici.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.