Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Capsule littéraire de Brigitte Moreau (roman)

ISABELLE, Patrick. Eux. Montréal: Leméac, 2014. 111 p.

J’ai été soufflée par la lecture du dernier roman de Patrick Isabelle, «Eux», paru chez Leméac. Un autre roman sur l’intimidation me direz-vous. Bien sûr, le sujet est tellement d’actualité qu’on devine que bien des auteurs s’y risquent par pur opportunisme. Pas tous, heureusement. Et Patrick Isabelle est l’un de ceux qui a su écrire sur le sujet sans sentir le besoin de rallonger la sauce par un lyrisme lancinant ou des détails romantico-pathétiques. Avec une écriture magnifique, juste assez, juste à point, tellement sentie que la souffrance nous transperce à chaque mot.

Quel réalisme! On ne fait pas seulement qu’y croire, on ressent les humiliations, l’incompréhension et l’intensité du désespoir. Si percutant, que je devais m’arrêter de temps en temps pour digérer tout ce mépris concentré, toute cette indifférence crasse dans laquelle les ados s’abîment tous les jours dans des polyvalentes qui ressemblent à des bunkers, on oublie. Si efficace, parce qu’on ramène à soi, pour comprendre, pour questionner son passé, pour visualiser son propre rôle et se demander si on a un jour participé à un tel cirque macabre.

TOUS les ados devraient lire ce livre… si on ne peut pas transformer le monde, on peut certainement faire réfléchir autour de soi.

Un immense merci pour ce livre, pour cette sublime éloquence même dans le plus abject de l’humain, c’est en partie grâce à elle qu’on y croit et c’est parce qu’on y croit qu’on peut enfin concevoir l’espoir.

– Brigitte Moreau, bibl. pro., chroniqueuse invitée

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.