Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

TIC, TIC, TIC, la bibliothèque scolaire numérique: Une collaboration entre CP du Récit et bibliothécaire? Oui, c’est possible!

Article écrit par Nathalie Dubois, conseillère pédagogique et animatrice RÉCIT local, et Marie Hélène Labory, bibliothécaire, Commission scolaire des Draveurs.

On entend parfois dire que la collaboration entre conseillers pédagogiques du Récit et bibliothécaires n’est pas facile, voire absente. Dans notre cas, c’est tout le contraire. Nous considérons nos champs d’expertise comme complémentaires et nous apprécions de pouvoir travailler de concert. Il s’agit d’un travail d’équipe qui utilise nos forces respectives afin de concrétiser des idées sur une base encore plus solide.

Évidemment, nous avons des intérêts communs, mais nous sommes aussi conscientes des différences entre les rôles de chacune. Le rôle d’une conseillère pédagogique du Récit est, d’abord et avant tout, de soutenir les enseignants dans le développement des compétences en lien avec l’exploitation pédagogique des technologies de l’information et de la communication (TIC). Une bibliothécaire se sentira plutôt concernée par les éléments des TIC associés à l’information et à la documentation: gestion de l’information, partage et conservation de l’information sur support numérique, ressources documentaires numériques et organisation de ces ressources.

Les deux rôles s’arriment sur plusieurs dossiers: la citoyenneté numérique, le droit d’auteur, l’investissement dans des ressources numériques et leur exploitation ne sont que quelques sujets qui nous concernent tant l’une que l’autre. Sur ces questions, plutôt que de compétitionner pour obtenir un dossier (ou encore, s’en sauver!), nous croyons au décloisonnement des tâches, à l’importance d’éviter le travail en silo et au partage de nos expertises.

Concrètement, comment ces convictions s’illustrent-t-elles?

D’abord, par un partage d’information. Nous échangeons sur une base régulière en lien avec l’avancement de nos dossiers. Afin d’être au diapason et de partager une vision commune, nous discutons des enjeux reliés aux TIC, de leur évolution et des possibilités qu’ils peuvent offrir comme outils d’apprentissage, de motivation et de persévérance scolaire. Lors de nos rencontres, nous partageons les informations que nous glanons sur différents sujets comme les ressources numériques et leur développement, les mesures budgétaires, l’offre de formation et la veille technologique.

Ensuite, pour concrétiser ce partenariat dans notre milieu, nous offrons des formations conjointes en lien avec l’utilisation responsable des médias sociaux. Nous développons aussi d’autres axes de formation en lien avec l’utilisation efficace des ressources numériques, comme au sujet des livres numériques sur tablette électronique. De plus, nous avons amorcé le développement d’un site Internet offrant des ressources pour le personnel de la commission scolaire. Dans ce même esprit de collaboration, nous planifions de développer de la formation en ligne sur différents sujets comme le droit d’auteur et les médias sociaux.

Selon nous, dans une commission scolaire à l’effectif réduit, une «alliance stratégique» entre bibliothécaires et conseillers pédagogiques du Récit comporte plusieurs avantages, dont celui, précieux, de compenser pour un certain isolement. On peut supposer que, dépendamment du contexte et des personnalités, une telle collaboration n’est pas toujours envisageable. Mais, lorsque c’est possible, elle ouvre la porte à bon nombre de possibilités intéressantes et moins usitées en bibliothéconomie scolaire. Qui plus est, pour changer les mentalités comme les pratiques en matière de technologies de l’information et des communications, on n’a jamais trop d’alliés!

Pour consulter l’ensemble des textes de ce dossier en version PDF, cliquez ici.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.