Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

On prendrait bien votre portrait!: Être bibliothécaire à la Commission scolaire des Découvreurs

Article écrit par Audrey Pruneau, bibliothécaire à la Commission scolaire des Découvreurs.

J’ai la chance de travailler à la Commission scolaire des Découvreurs, à Québec, depuis novembre 2012. Je remplace une collègue en congé de maternité, mais je vous assure que je prendrais son poste demain matin. Qu’est-ce qui fait que ce poste est si intéressant? Voici cinq bonnes raisons.

Ma place dans l’organisation

Au même titre que les conseillers pédagogiques, je suis impliquée comme professionnelle dans les projets des Services éducatifs qui pourraient bénéficier de ma contribution, notamment ceux concernant la littérature jeunesse ou les compétences informationnelles. Je suis également la référence en ce qui concerne le développement des collections et l’application de la loi du livre. Bref, la place de la bibliothécaire est établie et son expertise est reconnue au sein des Services éducatifs et de la commission scolaire.

Mes tâches

De mon bureau au centre administratif, mon travail se limite aux 25 bibliothèques primaires et à la médiathèque de la commission scolaire (qui offre du matériel pour les conseillers pédagogiques, les enseignants de tous les cycles et les éducatrices en service de garde).

Pour ce qui est des bibliothèques, une de mes tâches principales est le développement des collections. Une librairie très accommodante accepte de me faire parvenir pour consignation les nouveautés en matière de littérature jeunesse. Je prends le temps de feuilleter les albums, romans, bandes dessinées et documentaires afin de créer une liste de nouveautés comprenant les informations de base de chaque livre, la cote SDM et mes notes personnelles sur le thème, la facture visuelle, la renommée de l’auteur, etc. Une de mes grandes tâches est aussi l’accompagnement des écoles qui veulent réaménager leur bibliothèque. Cela implique la visite des bibliothèques, la production de plans, la recherche de fournitures, la mise en place d’échéanciers, etc.

La plus grande tâche pour le moment en ce qui a trait à la médiathèque est de faire la promotion du matériel. Les enseignants ne sont pas au courant qu’ils ont accès à du matériel varié (VHS, DVD, trousses littéraires, etc.) et lorsqu’ils le savent, ils n’ont aucune idée de la marche à suivre pour accéder au catalogue et y faire des recherches, réserver du matériel, etc. Les conseillers pédagogiques participent heureusement au développement de la collection de la médiathèque. Ils conçoivent eux-mêmes du matériel ou proposent des achats.

Autres tâches desquelles je m’acquitte plus ponctuellement : élaborer et ajuster le plan d’action du Service des bibliothèques, créer des bibliographies, m’impliquer dans le programme Culture à l’école, analyser des livres dont la pertinence à l’école primaire est remise en doute et faire des recommandations aux directions, faire la planification de l’année et prévoir les rencontres du Service des bibliothèques, assurer le suivi des budgets qui nous sont confiés par les directions, concevoir des animations, animer en classe, préparer les rencontres d’équipe, m’assurer du respect de la Loi 51 et envoyer tous les formulaires requis, produire des sondages, participer aux tâches techniques au besoin, etc. De plus, ma supérieure étant une pro-formation continue, notre équipe est régulièrement amenée à participer à des ateliers ou à des rentrées littéraires, des colloques, des salons du livre et autres.

Lorsque le temps me le permet, je tente de faire la promotion du livre, de la lecture et de la bibliothèque, et je travaille à la structuration de la section des bibliothèques dans le site Web des Services éducatifs et à la préparation de son contenu.

Mes collaborations

La première collaboration dans le cadre de mon travail se fait avec les deux techniciennes en documentation qui ont aussi leur bureau au centre administratif. Ce sont elles qui utilisent ma liste de nouveautés pour monter deux commandes annuelles de livres selon le budget et les particularités de chaque école. Ce sont elles qui prennent en charge tout le côté technique (gestion des commandes, génération d’exemplaires dans Regard, soutien aux bénévoles, etc.), mais elles font également le tour des écoles pour présenter les nouveautés à tous les élèves, elles animent l’activité de découverte de la bibliothèque en début d’année et elles effectuent les opérations d’élagage et d’inventaire selon un plan triennal. Certaines tâches se ressemblent un peu entre celles des techniciennes et les miennes, mais la plupart du temps, nos professions se complètent beaucoup plus qu’elles ne se recoupent. Les décisions sont prises en équipe et nous établissons ensemble les orientations du Service des bibliothèques. Les écoles n’ont donc pas grand-chose à faire pour leur bibliothèque, car nous nous occupons de presque tout. Une nouvelle directrice a déjà mentionné qu’elle appréciait que la bibliothèque soit un «service clé en main» dans la commission scolaire.

Une agente de bureau est également disponible à demi-temps pour le Service des bibliothèques. Elle s’occupe principalement de la médiathèque (réservations, envois, questions, etc.) et de la préparation matérielle des nouveautés qui comprend la pose des cotes, couvre-cotes, codes-barres et points de couleur. De plus, elle agit comme soutien technique dans certaines tâches de l’équipe : plastification de matériel, saisie de données, etc.

Je collabore également avec quelques-uns des conseillers pédagogiques. Ils font appel à moi lorsqu’un de leurs projets intègre la littérature jeunesse et de mon côté, je leur envoie des suggestions de lecture ou de matériel pour la médiathèque, selon leurs disciplines respectives.

Du côté «hors commission scolaire», je fais partie de la Table régionale des bibliothécaires scolaires de la région 03-12, qui regroupe nos collègues des régions de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale. Nous nous rencontrons quatre fois par année dans le but de partager du matériel et créer des outils de travail communs.

Mes projets en cours

Je suis en train de clore quelques dossiers sur lesquels je travaillais simultanément depuis l’été. D’abord, j’ai terminé le Guide pratique de la bibliothèque à envoyer dans les écoles pour aider les bénévoles et enseignants à connaître la classification Dewey, les principes du classement, les procédures de prêt et de retour, les bases de la recherche dans le catalogue, etc. Ensuite, j’achève l’élaboration d’une animation sur la bande dessinée et le manga qui sera présentée aux élèves de sixième année. J’ai aussi terminé le portrait des collections et l’analyse des statistiques de prêt à remettre à toutes les directions.

Mes défis

Un des deux grands défis de mon emploi est la quantité de travail. Il n’y a qu’une bibliothécaire et deux techniciennes pour s’occuper des 25 bibliothèques primaires et de la médiathèque. Nous aimerions entre autres faire plus d’animations dans les écoles, promouvoir davantage la bibliothèque et le livre auprès des élèves et améliorer la signalisation, mais nous n’avons tout simplement pas le temps. Il faut être honnête, la situation de notre commission scolaire est à envier étant donné le milieu favorisé et les ressources disponibles. Par contre, une équipe de trois personnes est bien petite pour entretenir 25 bibliothèques, les développer, les animer et les promouvoir comme elles le méritent.

Le deuxième grand défi est l’espace. Nous avons deux locaux : un bureau pour la bibliothécaire et la consignation des nouveautés, et un autre pour les techniciennes, la médiathèque et l’arrivée des commandes de nouveautés. C’est surtout le développement de la médiathèque qui pose problème étant donné que les trousses littéraires sont de plus en plus nombreuses et prennent beaucoup de place. Elles envahissent même mon bureau par manque de place, car le local des techniciennes est plein. Nous planifions un réaménagement de nos locaux prochainement pour améliorer l’efficacité du travail de l’équipe et la disposition physique du matériel de bureau et celui de la médiathèque.

Bref, le milieu où je travaille est stimulant et les tâches et orientations de notre service correspondent à mes intérêts et à ma vision d’un poste de bibliothécaire scolaire. La grande quantité de travail ne fait que nous motiver à travailler plus fort pour faire des bibliothèques des lieux de culture, de recherche, de découvertes et de divertissement convenables pour nos jeunes.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.