Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Place à la littérature jeunesse…: L’utilisation de réseaux littéraires

Article écrit par Rachel DeRoy-Ringuette, bibliothécaire, Livres ouverts, MELS.
En collaboration avec l’équipe de sélection de Livres ouverts, MELS.

Le 3 mai dernier, lors de la journée de formation de l’APSDS « Bibliothécaires et techniciens : Ensemble pour les élèves », deux ateliers sur l’utilisation de réseaux d’albums ont été offerts, l’un pour les élèves du primaire et l’autre pour ceux du secondaire. Voici un résumé de ces ateliers et la démarche proposée pour constituer des réseaux de livres.

1. Choix du type de réseau

D’abord, il convient de souligner que l’équipe de Livres ouverts prône depuis plusieurs années l’utilisation de réseaux littéraires (1). Ces réseaux peuvent s’articuler autour de différentes thématiques, d’un auteur ou d’un illustrateur, d’un genre littéraire, d’un personnage, d’un procédé narratif, etc. Ils établissent des liens entre plusieurs livres afin de permettre aux élèves d’en dégager une caractéristique commune et une intention de lecture claire.

Par ses nombreuses clés de recherche, le site Livres ouverts facilite la constitution de réseaux selon différentes intentions pédagogiques et angles de regroupement des livres. Tisser des liens entre les livres et d’autres productions culturelles, c’est amener les élèves à enrichir leurs expériences et leurs connaissances littéraires et culturelles. Ainsi, en regroupant et en comparant des livres sous différents angles, les élèves peuvent plus facilement comprendre et s’approprier des concepts littéraires de même que des repères culturels, lesquels s’avèrent des clés essentielles pour accéder au monde de la lecture (www.livresouverts.qc.ca, Onglet « Dossiers pédagogiques », Rubrique « La création de réseaux de livres », consulté le 22 mai 2013).

2. Choix des livres

Lorsque le type de réseau littéraire est établi, le choix des livres s’avère primordial pour élaborer l’intention de lecture ainsi que les questions permettant la discussion et l’échange. Il est essentiel d’utiliser des livres qui se développent dans une langue juste et adéquate, qui ouvrent vers de multiples interprétations possibles, qui portent des messages forts, bref des livres de qualité. Ces œuvres permettent de constituer des réseaux solides, à la fois évocateurs et riches. Un autre aspect important à considérer lors du choix des livres est la variété, tant sur le plan du genre littéraire, des auteurs, des illustrateurs, du narrateur, que du niveau de difficulté par exemple. La variété dans l’offre de textes permet à chaque lecteur de choisir un livre qui correspond le mieux à ses goûts, ses intérêts et ses habiletés en lecture.

3. Choix de l’intention de lecture et des questions pour guider les élèves

C’est en lisant les ouvrages que l’intention et les questions qui en découlent se forment. Un bon choix de livres et une intention de lecture claire permettent de faire émerger le questionnement. Il est important d’élaborer des questions ouvertes, inclusives, favorisant l’analyse et la synthèse.

4. Choix des activités complémentaires

À la suite de la lecture et des discussions portant sur le réseau, il est intéressant d’amener plus loin les élèves en leur suggérant des activités complémentaires. Celles-ci peuvent prendre la forme de projet d’écriture, de création picturale, de débats, etc.

Un exemple concret : « Les enfants de la guerre »

Voici un exemple détaillé de réseau s’adressant aux élèves du 3e cycle du primaire et du 1er cycle du secondaire : « Les enfants de la guerre ». Cet exemple vous familiarisera avec la démarche et vous permettra de constituer vos propres réseaux selon votre clientèle, vos ressources, vos intentions.

1. Choix du réseau thématique : « Les enfants de la guerre »

Plusieurs livres traitent du quotidien des enfants en contexte de guerre, nous avons donc choisi d’exploiter cette thématique à la fois historique et sociale, riche en questionnement et propice à la discussion. De plus, cette thématique est susceptible de susciter des émotions chez le lecteur et est, malheureusement, toujours d’actualité.

2. Choix des livres : « Les enfants de la guerre »

Le choix des livres a été difficile à exercer puisque plusieurs livres de grande qualité abordent la problématique des enfants de la guerre. Notre choix s’est arrêté sur six albums dont l’action se situe dans différents contextes de guerre. Il aurait été possible de constituer des réseaux de livres à partir de romans, de contes, de récits de vie, etc. Le nombre de livres constituant le réseau n’est pas fermé ou prescriptif, toutefois, la mise en réseau se distinguant de la comparaison, il est important d’offrir un nombre suffisant de livres pour favoriser l’exploration d’une thématique sous différents points de vue. Les six titres présentés lors de la journée de formation sont les suivants :


  • Bigot, Gigi et Matéo Pépito, Les chaussures, Didier jeunesse: Une allégorie sur l’exil en temps de guerre à travers le destin de chaussures d’enfants.

  • Delaunois, Angèle, Une petite bouteille jaune, Isatis: Un enfant voit sa vie bouleversée après avoir mis le pied sur une mine antipersonnelle.

  • Hébert, Marie-Francine, Tu me prends en photo, Les 400 coups: Une fillette s’adresse à un photographe de guerre qui tente de capter son quotidien.

  • Lagrange, Christian, Murmure, De la Martinière: Une fillette tente un rapprochement avec un enfant situé de l’autre côté du mur qui sépare leurs pays.

  • Nicolas, Sylvie, Lapin-Chagrin et les jours d’Elko, Trampoline: Un garçon déverse son chagrin dans un personnage lapin qui le suit lors de sa fuite du conflit bosniaque.

  • Pasquet, Jacques, L’étoile de Sarajevo, Dominique et compagnie: Une orpheline se remémore son passé heureux avant la guerre de Bosnie-Herzégovine.

Nous aurions pu aussi ajouter :


  • Villeneuve, Anne, Chère Traudi, Les 400 coups: Une orpheline allemande est recueillie en Hollande après la Seconde Guerre mondiale.

  • Jacob, André, Le journal de guerre d’Emilio, Isatis: Un enfant soldat raconte son quotidien avec l’Armée Révolutionnaire de Colombie par le biais de son journal personnel.

Un premier roman illustré, hybride entre le roman et l’album, aurait pu faire également partie de la sélection :


  • Hoestlandt, Jo, Le bébé tombé du train, Oskar jeunesse: Un homme recueille un bébé abandonné lors de la Seconde Guerre mondiale.

Finalement, des documentaires auraient pu se greffer à cette sélection afin de mieux circonscrire le concept du droit de l’enfant. Les documentaires suivants en sont des exemples :


  • Groovie, Annie, Léon et les droits des enfants, La courte échelle.

  • Serres, Alain, J’ai le droit d’être un enfant, Rue du monde.

3. Choix de l’intention de lecture et des questions pour guider les élèves : « Les enfants de la guerre »

À la suite de la lecture de ces livres, nous avons établi une intention de lecture ainsi que des questions à poser aux élèves afin de guider leurs lectures. Élaborer des questions en proposant des questions ouvertes permet à tous de participer à la discussion et à l’exploration de la thématique, peu importe le livre lu par l’élève à l’intérieur du réseau. C’est d’ailleurs lorsque les livres sont variés que les discussions autour d’un réseau sont les plus riches.

L’intention élaborée pour le réseau « Les enfants de la guerre » était la suivante : Découvrir les différentes réalités vécues par les enfants de la guerre.

Voici des exemples de questions à suggérer aux élèves :


  • Les expériences et les sentiments vécus par les personnages enfants sont-ils semblables même s’ils évoluent dans différents contextes? Explique ta réponse.

  • Quels indices visuels ou textuels tirés des récits démontrent que les personnages enfants vivent des moments propres à l’enfance malgré le contexte de guerre?

  • Quel rôle jouent les adultes dans les récits?

  • En se basant sur les récits mis en réseau, quels droits des enfants sont bafoués en situation de guerre?

  • Au regard des récits, quelles sont les similitudes et différences entre le quotidien des enfants de la guerre et le vôtre?

Ces questions suscitent la réflexion et alimentent les discussions autour des livres. Elles donnent naissance à un contexte authentique de communication orale. Évidemment, d’autres questions peuvent être posées en regard des livres et des thématiques. Libre à vous d’en concocter de nouvelles!

4. Choix des activités complémentaires : « Les enfants de la guerre »

L’activité complémentaire créée à partir de ce réseau permet aux élèves de mettre à profit l’écriture. Elle est simple, mais permet de réinvestir la lecture tout en travaillant l’écriture. Il s’agirait de proposer aux élèves d’écrire à l’un des personnages-enfants des récits pour lui exprimer ce que son histoire a suscité en eux.

Conclusion

Finalement, le travail en réseau s’enrichit lorsque le type de réseau littéraire est clairement défini dès le départ, que le choix de livres de qualité est pertinent et varié, que l’intention de lecture est claire, que des questions ouvertes et inclusives sont élaborées et que des activités complémentaires sont proposées, permettant le réinvestissement. La démarche explicitée vous permettra de créer vos propres réseaux en fonction de vos ressources, des élèves que vous côtoyez et des sujets que vous voulez aborder.

Si vous avez besoin d’une dose d’inspiration, de nouveaux réseaux de livres, pour le primaire et le secondaire, seront disponibles sur le site Livres ouverts à partir de la rentrée 2013!

(1) Quelques exemples de réseaux pour le deuxième cycle du secondaire sont disponibles sur le site www.livresouverts.qc.ca, sous l’onglet « Dossiers pédagogiques », rubrique « La création de réseaux de livres ».

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.