Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Nouvelle ère, nouveaux lieux: Aménagement de bibliothèque, École secondaire du Mont-Sainte-Anne

Article écrit par Claire Baillargeon, bibliothécaire, Commission scolaire de la Capitale.

L’école secondaire du Mont-Sainte-Anne de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries est située à Beaupré, une localité à 25 km à l’est de la ville de Québec. En 2012-2013, l’école accueillait 930 élèves, répartis en 80 % de groupes réguliers et 20 % d’adaptation scolaire. Les programmes sports-études ou de langue regroupent 25 % de la clientèle inscrite, un élève sur quatre provenant d’un bassin extérieur à celui que l’école dessert. L’école secondaire du Mont-Sainte-Anne se situe dans un milieu semi-rural où l’appui du citoyen est très présent notamment sous forme de commandites de service. Les élèves et le personnel ont un grand sentiment d’appartenance à leur école.

Un projet de réaménagement de la bibliothèque a été mis en place en 2011-2012. Les travaux furent exécutés durant l’été 2012, et la bibliothèque rouvrit ses portes en octobre 2012. Depuis, une campagne a été lancée par la direction, la professionnelle à la pédagogie en français et les enseignants pour promouvoir la nouvelle bibliothèque et ses services.

La visite de la bibliothèque a eu lieu le 7 mars 2013, en compagnie de Simon Mainville, directeur de l’école, de Joëlle Durette, bibliothécaire à la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, de Paule Mathieu, technicienne en documentation de la bibliothèque, en remplacement de Mélissa Cantin, actuellement en congé de maternité, et de Claire Baillargeon de l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires.

Au départ, le projet en était un de fusion entre la bibliothèque municipale et la bibliothèque scolaire. C’est dans ce contexte que la bibliothécaire Joëlle Durette, fut approchée. Après un début de collaboration entre le milieu municipal et l’école, le projet de fusion fut abandonné et le projet de réaménagement a été relancé uniquement dans un contexte scolaire. Madame Durette a donc dû réadapter ses plans en excluant le volet municipal et composer avec un délai et un budget plus restreints, avec pour objectif une ouverture pour la rentrée scolaire 2012-2013.

Il y eut un élagage important qui a été complété par la technicienne en documentation de l’école, Mélissa Cantin, en collaboration avec les techniciennes en documentation du Centre de Ressources Pédagogiques et Multimédias (CRPM) et la bibliothécaire, autant dans la collection destinée aux élèves que dans les dépôts de manuels scolaires où subsistaient toujours de nombreux exemplaires de l’ancien programme. En tout, quatre palettes de caisses de livres ont été sorties de la bibliothèque! La bibliothèque compte maintenant 22 971 documents et dans sa nouvelle configuration, on ne retrouve que trois dépôts, au lieu de quatre.

Lors de la première phase du projet, il y eut un comité formé avec le milieu municipal, au sein duquel madame Durette avait amorcé une recherche d’informations pour concevoir ses plans. Lorsque le projet s’est réorienté, elle avait donc de bonnes assises pour s’ajuster au nouveau mandat. Elle a travaillé de concert avec la technicienne en documentation, Mélissa Cantin, qui lui fournissait la liste des besoins et qui faisait le pont entre elle et la direction pour, entre autres, la soumission des plans. « Je voulais proposer des plans fonctionnels avec une optique de pérennité, autant sur le plan du look que sur le plan fonctionnel de l’aménagement. L’idée de départ était de faire vivre la bibliothèque et d’amorcer un changement de culture quant à son utilisation », nous explique madame Durette.

Sur le plan financier, madame Durette avait un budget fixe avec lequel elle devait conjuguer. «Je n’avais pas à m’occuper du rayonnage, ni du plancher, les montants qu’on m’allouait ne concernaient que le mobilier. J’ai donc fait des suggestions en fonction du budget : un mobilier moderne, qui convient à la clientèle du secondaire et qui traversera le temps par son style.»

La demande initiale était de concevoir différentes zones (consultation, lecture, médias, salle de travail fermée, etc.) et de créer un environnement plus convivial. De plus, une grande densification du rayonnage, réduisait la luminosité, certains rayons bloquaient les fenêtres, et les livres en contact avec la lumière s’abimaient. Dans la zone du personnel, le mobilier n’était pas adapté à ce type de travail et l’espace n’était pas optimisé.

« En ce qui concerne les collections, nous avons créé une section séparée pour la fiction de langue anglaise, et nous avons conservé des sections à part pour la bande dessinée et les ouvrages de référence, en plus d’ajouter un coin de lecture confortable avec des meubles convertibles et une zone d’exposition de nouveautés et de thématiques », poursuit madame Durette. Le directeur, M. Simon Mainville, ajoute qu’il fallait tenir compte de certains incontournables dans la planification générale : conserver l’aquarium géant à l’entrée, intégrer les couleurs corporatives de l’école et créer une salle pour le travail de groupe. De plus, le tapis qui devait avoir environ 40 ans, soit l’âge de la bibliothèque, a été retiré et le nombre de tables a été réduit de moitié. La direction a également fait construire un nouveau comptoir de prêts, beaucoup plus pratique et attrayant. Cette zone était auparavant délimitée par un alignement de meubles dépareillés.

Si on demande à madame Durette de nous parler de ses bons coups, spontanément, elle nous en partage plusieurs! « Tout d’abord, la zone de travail est beaucoup plus fonctionnelle. Les espaces de travail de la technicienne en documentation ont été repensés dans une optique d’efficacité avec trois stations de travail : une pour le travail intellectuel et deux pour le traitement matériel. Ainsi lorsque la technicienne accueille une stagiaire, elle n’a pas à déplacer quoi que ce soit, puisque la stagiaire peut ainsi avoir son propre espace ». Elle poursuit : « De façon générale, le succès du résultat final réside dans plusieurs détails : les rayonnages ont été reculés, les livres sont moins en contact avec la lumière, donc plus protégés; la nouvelle configuration du comptoir de prêts permet une vision globale de la bibliothèque; l’espace des nouveautés (renouvelé hebdomadairement) est très apprécié et fréquenté; la bibliothèque est beaucoup plus lumineuse et aérée puisque le rayonnage a été espacé produisant un effet de grandeur et que le nombre de tables a été diminué de moitié ». De plus, une double porte a été enlevée et un mur a été défoncé, ce qui a permis de gagner encore plus d’espace.

Y aura-t-il une suite au projet? Il y a des propositions dans l’air…
La technicienne actuellement en fonction, Paule Mathieu, a proposé de s’inspirer de la bibliothèque Paul-Aimé Paiement de l’arrondissement de Charlesbourg, en apposant dans les fenêtres des mots aux couleurs de l’école (rouge, blanc, noir) liés à la littérature. Puisque la fenestration de la bibliothèque est importante, en plus de bonifier la décoration, cela permettrait de filtrer un peu la lumière. Le directeur nous a informés qu’après l’aquarium, l’équipe-école souhaite installer un vivarium à la bibliothèque. Monsieur Mainville nous a aussi entretenus d’un projet, en collaboration avec l’enseignant d’arts plastiques, de créer un mur d’exposition à l’entrée.

Devant cette réalisation remarquable, l’ensemble des intervenants dans ce projet de réaménagement de la bibliothèque de l’école secondaire du Mont-Sainte-Anne semblait bien satisfait de leur expérience. Nous laissons la parole à madame Durette pour résumer son implication en tant que bibliothécaire de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries : «Je suis très satisfaite. J’ai eu une excellente collaboration de la part de la direction et de la technicienne en documentation, Mélissa Cantin. C’est valorisant de voir le résultat final, de constater que l’on a respecté les plans soumis. J’ai senti que j’ai fait une différence dans ce milieu : l’espace est maintenant plus invitant, et les gens se font un bonheur d’en faire un lieu de vie ».

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.