Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Si je reste / Mort et déterré

Si je reste
Gayle Forman
[Paris]: Oh! éditions,
220 p.

Mort et déterré
Jocelyn Boisvert
Saint-Lambert: Soulières, 2008
398 p.


Si je reste est une belle histoire émouvante, simple et sans détour. Mia se retrouve dans le coma, après un accident qui a ôté la vie à ses parents et son jeune frère. En voyant son corps sur le lit d’hôpital, elle se retrouve devant un dilemme: continuer à vivre, malgré le deuil et la douleur, ou mourir, abandonnant sa bonne amie et son amour. Elle revoit alors différents moments de sa vie où elle a été confrontée à la nécessité de faire des choix. Quant à Mort et déterré, je tenais à en parler même s’il n’est pas fraîchement arrivé sur les tablettes. Le héros, Yan, est renversé par un camion, alors qu’il n’a que 14 ans, et perd la vie. Au fil du récit, on suit les aventures à la fois rocambolesques et émouvantes de ce jeune garçon devenu zombie. L’imagination et l’humour de l’auteur dépassent de beaucoup nos attentes. Une petite merveille!

J’ai lu ces deux romans successivement, et j’ai eu l’impression de me retrouver dans le même univers. Bien que le style et l’écriture soient très différents, les thèmes de la mort, du deuil, de l’amitié et de l’amour sont traités dans les deux romans de façon à procurer des émotions fortes et contradictoires. Deux fois bravo!

– Marie-Hélène Charest

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.