Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Magasiner ou développer?: Un développement de collection plus structuré… un plus pour notre action dans le milieu!

Article écrit par Sylvie Deschênes.

Technicienne en documentation dans une école secondaire depuis plusieurs années, je suis responsable des achats pour la bibliothèque. Mes achats s’effectuent en fonction des besoins des élèves et des enseignants de l’école quant aux différents domaines du programme de formation de l’école québécoise. Le développement de collection de la bibliothèque doit tenir également compte des programmes particuliers de l’école, c’est-à-dire dans mon cas, le programme d’éducation internationale, l’adaptation scolaire et les groupes d’accueil. Je dois garder en tête lorsque je fais l’achat de livres pour la bibliothèque que je dois offrir des documents de qualité tant en matière du contenu que de la présentation physique, des livres de différents genres littéraires (romans, contes, ouvrages de poésie, etc.), ainsi que des documentaires récents qui répondent bien aux besoins de recherches pour tous les niveaux. Bref, proposer aux élèves des contenus variés et diversifiés afin de contribuer à leur développement personnel et scolaire. Depuis la venue du Plan d’action sur la lecture à l’école du MELS et des sommes qui ont été allouées à chaque école pour l’achat de livres, j’ai pu faire un développement plus réaliste de la collection de la bibliothèque. En 2000-2001, un inventaire/élagage a été réalisé afin de procéder à l’informatisation de l’ensemble de la collection. Lors de cet élagage, certains livres ont malheureusement dû être conservés, car il était impossible de les remplacer par des éditions plus récentes à cause d’un budget réduit. Aujourd’hui, grâce au PALE, je peux facilement remplacer les volumes désuets par d’autres, plus contemporains.

Faute d’une politique de développement de collection pour l’ensemble des écoles secondaires de la commission scolaire, j’ai dû mettre en place certains mécanismes afin de m’assurer de faire de bons choix et cela en fonction de mes connaissances. L’acquisition des documents se fait selon différents critères. D’abord, les suggestions des enseignants sont primordiales dans le but d’établir une collection qui puisse bien répondre au programme de formation et de les soutenir dans leur pratique pédagogique. Je fais également appel à leurs suggestions pour combler certaines lacunes dans des secteurs bien particuliers. Par exemple, les enseignants d’anglais se sont réunis, lors d’une journée pédagogique, afin de me faire des suggestions pour les élèves de niveau débutant en anglais. Les élèves font également des suggestions d’achats, mais il faut toutefois rester critique quant à leurs demandes étant donné qu’ils ont des choix qui ne correspondent pas toujours avec notre ligne directrice de développement.

Je consulte les différents catalogues d’éditeurs, les listes ou les envois d’office fournis par des librairies. Je vais deux ou trois fois en librairie pendant l’année scolaire. Ces visites me permettent de voir les nouveautés, de les consulter sur place et d’être conseillée par des libraires d’expérience afin de faire un meilleur choix. Ces visites se font également en compagnie d’autres collègues techniciennes en documentation qui ont sensiblement le même type de clientèle qu’à notre école, ce qui nous permet d’échanger et de nous conseiller quant à l’achat de livres à faire pour nos collections respectives.

Nous avons maintenant la chance, depuis deux ans, d’avoir une bibliothécaire professionnelle à la commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, Brigitte Moreau. Celle-ci a soumis au personnel des bibliothèques des écoles secondaires un document de travail sur une politique de développement de collection afin que nous en arrivions à avoir des balises communes lors de nos achats. Ce document sera discuté, sous peu, par l’équipe en documentation au secondaire et sera un apport important à un développement de collection structuré et efficace pour répondre à notre mission première de soutien pédagogique à l’enseignement. L’arrivée de professionnelles (une deuxième bibliothécaire a été engagée en janvier dernier) pour le dossier des bibliothèques scolaires nous permet d’envisager une vision commune de développement pour toutes les écoles de la commission scolaire, de pouvoir nous donner des balises référentielles qui répondent de mieux en mieux aux besoins pédagogiques des enseignants, ainsi qu’à ceux de nos élèves. Par exemple, depuis maintenant deux ans, Brigitte Moreau rencontre, lors de journées pédagogiques, les enseignants de la commission scolaire et fait la présentation de livres (romans et documentaires) s’adaptant à chacun des niveaux. Elle nous envoie, par la suite, la liste de ces titres afin que nous puissions en faire l’acquisition et les mettre rapidement à la disposition des enseignants. De plus, cette année, elle se rend dans les bibliothèques des écoles secondaires afin de procéder, en collaboration avec la technicienne en documentation, à un élagage des livres, première étape importante dans un processus d’évaluation de la collection. Ceci permet, ensuite, de développer plus en profondeur certains aspects de notre collection. Finalement, grâce à des présentations faites lors de rencontres d’équipe, nous sommes à réaliser le développement d’un genre littéraire que peu d’entre nous connaissent, les mangas. Ce sont de bons exemples d’une collaboration efficace qui nous permet de faire un développement de collection structuré et répondant bien aux besoins de notre clientèle.

Finalement, en ayant à leur disposition un document de référence pour le développement de collection répondant aux besoins propres au milieu scolaire, les techniciens en documentation et les bibliothécaires seront plus efficaces et plus aptes à bien remplir leur mission de soutien pédagogique.

Sylvie Deschênes
Technicienne en documentation
Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île

Pour consulter ce texte en version PDF, cliquez ici.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.