Pour les membres

Suivre l’actu numérique

Livres et autres ressources documentaires numériques en milieu scolaire: suivre les développements

Faire un don à l’APSDS

Suivre l'APSDS

Suivre l’APSDS / courriel

Pour recevoir les mises à jour du site par courriel:

Notre site

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Sauf indication contraire, tout ce qui se retrouve sur ce site est sous license Creative Commons de type Attribution - Non commerciale - Partage à l'identique 2.5 Canada.

Les textes et documents accessibles seulement aux membres ne sont pas inclus.

Magasiner ou développer?: Le développement de collection des bibliothèques des écoles de la formation générale des jeunes de la CSDM

Article écrit par Marie-Ève Guibord.

Mise en contexte

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) est la plus grosse commission scolaire du Québec avec sa population étudiante de plus de 110 000 élèves. Elle comprend 151 écoles de la formation générale des jeunes ainsi que 21 centres de formation professionnelle et de formation générale des adultes. Le territoire est divisé selon 5 réseaux géographiques (Nord, Sud, Est, Ouest et Centre) et un réseau spécialisé (EHDAA). L’équipe des bibliothèques de la CSDM compte depuis le 1er mars dernier 11 bibliothécaires, 5 technicien(ne)s en documentation et 3 agentes de bureau. Ce sont principalement les écoles primaires et secondaires qui bénéficient du service de cette équipe.

Le développement de collection dans les écoles primaires et secondaires… par le passé

Avant l’embauche de bibliothécaires scolaires grâce au Plan d’action sur la lecture à l’école du MELS, les bibliothécaires de la CSDM effectuaient le développement de collection de certaines écoles primaires. La proportion des écoles qui confiait leur développement de collection à une bibliothécaire était variable selon les réseaux et selon les années. Cela s’explique, entre autres, parce que le nombre de bibliothécaires était insuffisant pour répondre à l’ensemble des écoles,  mais aussi qu’il était dans la culture de plusieurs écoles de confier ces tâches à des bénévoles, des enseignants, etc.

Comme les bibliothécaires ne pouvaient pas s’occuper de tous les développements de collection, ces dernières produisaient deux fois par année une sélection de titres récents (titres parus au cours des six derniers mois), variés et de qualité que les écoles pouvaient consulter pour orienter leurs achats. C’était donc 700 à 800 titres, et ce, dans tous les grands domaines du savoir, qui venaient annuellement alimenter une banque de données nommée Ulysse. Malheureusement, malgré tous les efforts déployés pour la production de la sélection ainsi que pour la mise à jour de la banque de données, cette dernière était peu utilisée par les écoles et a dû être abandonnée. Lors de son abandon à l’automne 2010, la banque contenait plus de 8000 titres.

Pour ce qui est des écoles secondaires, aucun service de développement de collection n’était offert par les bibliothécaires étant donné leur faible nombre, mais aussi parce qu’elles pouvaient compter sur du personnel qualifié, soit les technicien(ne)s en documentation, pour assurer en partie les tâches relatives à la gestion d’une bibliothèque.

Le développement de collection dans les écoles primaires et secondaires… de 2010 à aujourd’hui

En 2010, les bibliothécaires étant plus nombreuses, elles pouvaient alors élargir leur offre de services et faire bénéficier plus d’écoles de leur expertise quant au développement de collection. Comme la banque de données Ulysse allait être abandonnée, elles devaient trouver un moyen de répondre adéquatement et rapidement aux écoles qui recourraient à leurs services. De ce besoin est née l’idée de créer un document de sélection à partir d’un fichier Excel. Tous les mois, deux bibliothécaires visitent la salle de montre d’une librairie agréée afin d’ajouter de nouveaux titres à la sélection. Cette dernière prend donc de l’importance au cours de l’année. La plupart des titres datent des trois dernières années, mais plusieurs classiques ont aussi été ajoutés au fil de temps. Une vérification de la disponibilité des titres et de leur prix est aussi effectuée périodiquement afin de pouvoir travailler avec un outil régulièrement mis à jour.

L’an dernier, les bibliothécaires ont réalisé plus de 60 développements de collection dans les écoles primaires de la CSDM. Étant donné que la plupart des demandes en provenance des écoles sont survenues au printemps, le fichier de sélection leur a permis non seulement de répondre à l’ensemble des demandes avant la date fatidique du 30 juin, mais aussi de choisir des livres de qualité adaptés à la clientèle scolaire.

Le fichier de sélection n’est pas le seul outil utilisé pour effectuer les développements de collection dans les écoles primaires. En plus de sonder le personnel de l’école quant aux thématiques abordées en classe, les bibliothécaires consultent la fiche de l’école dans le but de connaître le projet pédagogique. Enfin, les sites de référence en littérature jeunesse et les conseils des libraires font aussi partie des ressources prisées.

Pour ce qui est des écoles secondaires, un document de sélection de format Excel semblable à celui utilisé par les bibliothécaires pour les écoles primaires est mis à la disposition des technicien(ne)s en documentation des écoles secondaires afin de les guider dans leur développement de collection. Cet outil, étant à sa première version, est appelé à se développer au fil du temps grâce, entre autres, à la collaboration de tous les bibliothécaires et des technicien(ne)s en documentation de la commission scolaire. Les bibliothécaires sont aussi disponibles pour accompagner et soutenir les technicien(ne)s en documentation dans leur développement de collection s’ils le souhaitent.

Conclusion

La bibliothèque scolaire est au cœur même de la pédagogie et de la culture d’une école. C’est pourquoi son développement est un acte professionnel et pédagogique et qu’il doit être assumé en collaboration avec les bibliothécaires. Ainsi, on s’assure que tous les domaines de la connaissance sont couverts, que les documents répondent au Programme de formation de l’école québécoise et que les élèves feront de belles découvertes littéraires.

Marie-Ève Guibord
Bibliothécaire
Commission scolaire de Montréal

Pour consulter ce texte en version PDF, cliquez ici.

La section des commentaires est maintenant fermée sur cette page.